Centre de Médecine Nucléaire et TEP

d’Eaubonne

Spécialités

Qu'est ce que la Tomographie par Emission de Positons ?

La tomographie par émission de positons ou TEP en abrégé est parfois connue sous le nom de PET scan, abréviation de l'anglais Positron Emission Tomography. Le terme utilisé en France est TEP.
Les études scientifiques ont montré que cet examen était utile à différentes étapes de la prise en charge d'un grand nombre de cancers en particulier dans le bilan d'extension.

 

La TEP est un examen d'imagerie médicale fonctionnelle qui permet de mesurer en trois dimensions l'activité métabolique des tissus. Pour faire cette observation, un infirmier va injecter au patient un traceur faiblement radioactif, type 18F-FDG. Ce traceur est semblable au glucose qui va se fixer au niveau des tissus gros consommateurs pour émettre, de façon temporaire, des rayonnements détectés et cartographiés par un tomographe à émission de positrons. Elle est couplée à un scanner classique à rayons X qui permet de préciser les localisations par superpositions des 2 iconographies.

 

Grâce à un programme mathématique, les données enregistrées vont être analysées et transformées de façon à obtenir un faisceau d'images correspondant à de multiples coupes de l'organe étudié. En faisant se succéder rapidement tous ces clichés, le médecin peut alors obtenir une image animée en 3D de l'organe observé.

Le radiopharmaceutique est l'outil principal de la TEP, le plus souvent du 18 FDG (Fluoro-Déoxy-Glucose). Le 18 FDG sera désintégré par les cellules (consommation du glucose).

Lors de cette désintégration radioactive, l'atome de Fluor va émettre un positon (anti-particule de l'électron). Ce positon après un bref parcours dans la matière rencontrera sa particule sœur : l'électron.

 

Cette rencontre électron - positon entraîne une réaction d'annihilation provoquant l'émission de deux photons, de même énergie et émis dans des directions diamétralement opposées. En règle générale, la présence du traceur dans l'organisme est brève (de deux minutes à quelques heures), il est donc inoffensif pour le sujet.

Le cyclotron est un accélérateur électromagnétique de haute fréquence qui permet de produire l'isotope. En accélérant les particules, il permet d'obtenir des transmutations et des désintégrations d'atomes et ainsi d'incorporer l'isotope dans la molécule. Le cyclotron est indispensable à la fabrication d'isotopes émetteurs de positons. Dans le cas du 18 FDG, sa demi-vie très brève (109 min) nécessite la proximité d'un cyclotron par rapport au scanner TEP (moins de deux heures de transport).

Les scanners TEP permettent de détecter les deux photons créés lors de l'annihilation du positon. Le principe du PETSCAN repose sur la détection en coïncidence de ces deux photons. Le modèle mathématique permet de transformer les valeurs locales de radioactivité en paramètres tels que : débit sanguin, vitesse de réaction chimique, densité des récepteurs d'un neurotransmetteur, ...

Intérêt médical

La TEP produit une imagerie fonctionnelle par opposition aux techniques d'imagerie dite anatomiques comme lle Scanner ou l'IRM. La TEP permet de révéler des lésions pré-dysmorphiques, ou situées à l'intérieur d'une zone remaniée trop hétérogène pour permettre une analyse simplement structurelle.

Radioprotection

Au cours d'une tomographie par émission de positons, le patient reçoit une dose d'environ 10 mSv, ce qui correspond à la dose reçue au cours d'un scanner thoraco-abdominal, donc négligeable. L'activité injectée varie en fonction du poids et de l'âge du patient, mais la période où l'activité du produit se divise par 2 du 18F est de l'ordre de 110 minutes, donc en 12 heures la quasi-totalité de la radioactivité a disparu.

 

Le Centre répond aux normes de radioprotection des patients et des personnels en vigueur. Il est visité annuellement par l'Autorité de Sûreté Nucléaire qui publie sur son site ses rapports de visites et à laquelle est signalé tout évènement indésirable.

Pour le patient

A jeun 6 à 8 heures avant l'examen, sauf eau minérale à volonté. Le patient doit éviter tout exercice physique depuis la veille de l'examen pour ne pas stimuler la consommation de glucose par les fibres musculaires.

 

Il convient de respecter un délai après une chimiothérapie (3 semaines), une radiothérapie (3 à 4 mois), une chirurgie (1 mois) et après l'injection de facteurs de croissance hématopoiétiques (1 semaine) avant l'examen TEP - ces traitements peuvent modifier la répartition du traceur.

 

Le diabète est traité normalement. La glycémie inférieure à 1.5 mg/10l.


L'examen lui-même dure en général près d'une demi-heure, le patient doit prévoir de rester dans le service environ 2 à 3 heures pour l'ensemble de la procédure. Le patient peut conduire son véhicule et rentrer seul après l'examen. Une collation est conseillée après l'examen pour rompre le jeûne observé durant la préparation.